En 2021, le bioéthanol a repris sa folle croissance | lejournaldesflottes

21 janvier 2022

La Collective du bioéthanol annonce une progression à deux chiffres pour les volumes du Superéthanol E85 en 2021. L'extension du réseau de distribution favorise cette réussite, tout comme les nombreuses homologations de véhicules flex-E85 d’origine et de boîtiers de conversion.

 

E85-1024x682

Entre 2020 et 2021, la consommation de Superéthanol E85 a augmenté de 33 %.

Il était déjà le seul à voir ses ventes croître en 2020 (+4%) malgré la crise sanitaire. Il est donc logique de voir sa croissance reprendre un rythme élevé en 2021. Le Superéthanol E85 a en effet vu ses volumes consommés augmenter de 33 % l’an dernier (467 698 m3). A titre de comparaison, la consommation globale d’essence n’est en hausse que de 21 % (et celle du gazole d’à peine 11%). La Collective du bioéthanol a détaillé l’ensemble de ces chiffres lors de son traditionnel point presse annuel, ce mardi 25 janvier.

 

Cette croissance a d'abord été portée par l'extension du réseau de distribution. "420 nouvelles stations-services ont proposé le Superéthanol E85 en 2021, soit une hausse de 18 %", a annoncé Sylvain Demoures, secrétaire général du Syndicat national des producteurs d'alcool agricole (SNPAA). Sur ce total de 2 725 stations-services, soit 30 % du réseau national, on recense près de 840 TotalEnergies et plus de 700 Intermarché. "Nous arrivons aujourd’hui à un maillage très conséquent", s’est réjouie Agnès Bernard, cheffe du département énergies& prix du réseau TotalEnergies Marketing France. "L’objectif est d’accompagner les usagers en continuant de le renforcer." La nouvelle version de l’application "Mes Stations E85", qui indique les stations les plus proches et les prix, fait aussi parti de ce dispositif.

Boîtiers E85 et véhicules flex-E85 en forte hausse

L’autre grand motif de satisfaction de l’année écoulée est le doublement du nombre de boîtiers de conversion E85 homologués  : 30 000, essentiellement partagés entre FlexFuel et Biomotors. A fin 2021, 18 modèles de kits étaient homologués par l’Etat. A l’heure actuelle, 135 000 véhicules essences équipés d’un boîtier roulent au Superéthanol E85. Et, en raison du tant attendu arrêté du 19 février 2021 relatif aux conditions d’homologation, "aujourd’hui, 10 millions de voitures peuvent potentiellement être équipées", a affirmé Nicolas Kurtsoglou, responsable carburants du SNPAA. En effet, l’arrêté entré en vigueur au 1er avril a rendu 9 voitures essences sur 10 éligibles à l’installation d’un boîtier de conversion homologué.

 

En plus des 135 000 véhicules équipés d’un boîtier E85, la Collective du bioéthanol dénombre 45 000 véhicules flex-E85 d’origine, soit 6 000 de plus en un an. Jaguar – Land Rover et Ford commercialisent les neuf véhicules présents sur le marché. Ce dernier a d’ailleurs dévoilé en 2021 une gamme de six nouveaux véhicules compatibles E85, et s’attend à une forte croissance de ses ventes dès 2022.

Le SP95-E10 majoritaire en parts de marché

Plus que le Superéthanol E85, c’est le bioéthanol dans son ensemble qui a le vent en poupe. En effet, le SP95-E10 a passé le cap des 50 % de parts de marché dans les essences l’an dernier (51,3 %). "La fin d’année est particulièrement remarquable avec une part de marché record en décembre : 55,6 %", a ajouté Nicolas Kurtsoglou. L’E85 a également connu un record en décembre avec 4,6 % de parts de marché (4 % sur l’année complète).

 

Pour accélérer le développement de la filière, la Collective du bioéthanol a rappelé avec vigueur l’intérêt de ce biocarburant. D’abord son prix : 0,75 euro par litre au 21 janvier, contre 1,70 euro pour le SP95-E10, et 1,65 euros pour le gazole. La taxe sur le Superéthanol reste d’ailleurs bien inférieure aux autres, à moins de 12 centimes par litre. "En moyenne, sur les cinq dernières années, un automobiliste roulant au Superéthanol E85 a économisé 500 euros par an, a raison de 13 000 kilomètres effectués, selon Nicolas Kurtsoglou. "Pour 20 000 kilomètres, on monte à plus de 800 euros par an."

Des attentes vis-à-vis de l’Europe

Pour 2022, la Collective du bioéthanol affiche des objectifs ambitieux. D’abord en parts de marché. "Atteindre régulièrement les 5 % sur un mois pour le Superéthanol E85, et 60 % pour le SP95-E10", annonce Sylvain Demoures. L'objectif des 3 000 stations-services Superéthanol E85 est également fixé. L’organisation espère un coup de pouce au niveau européen dans le cadre de la décarbonisation des transports. Si l’incorporation de biocarburants conventionnels est aujourd’hui plafonnée à 7% de l’énergie contenue dans les carburants, l’organisation souhaite que ce taux moyen soit généralisé au sein de l’Europe. Objectif : permettre aux bons élèves, comme la France, de dépasser ce seuil pour combler le déficit des pays en retrait sur ce sujet.

 

De plus, le projet de loi visant à interdire la vente des véhicules thermiques neufs à partir de 2035 est également discuté par la Collective, qui estime qu’un véhicule hybride rechargeable flex-E85 émet moins de CO2 pendant toute sa durée de vie qu’un véhicule 100 % électrique avec batterie à forte autonomie. Elle conclut : "Une analyse complète de cycle de vie est nécessaire pour prendre en compte la totalité des émissions de gaz à effet de serre causées par la construction du véhicule et de la batterie et des émissions nettes dues à la production et à l’utilisation de l’électricité et des carburants."

Retour haut de page