Voiture : tout savoir sur le superéthanol, le moins cher des carburants

23 mars 2021

image (2)

Un récent décret, en date du 19 février, permet désormais l’homologation des boîtiers E85, nécessaires pour rouler avec ce biocarburant, pour les véhicules de 15 CV et plus. Désormais un plus grand nombre de véhicules peuvent installer un boîtier dédié.

L’État vient de donner un sacré coup de pouce à l’utilisation du superéthanol par les automobilistes. Un récent décret, en date du 19 février, permet désormais l’homologation des boîtiers E85, nécessaires pour rouler avec ce biocarburant, pour les véhicules de 15 CV et plus. Le texte élargit également aux voitures équipées d’un filtre à particules les homologations déjà réalisées. "Aujourd’hui, 9 véhicules du parc essence sur 10, soit la plupart des voitures essence immatriculées depuis janvier 2001, sont concernés par cette mesure", précise-t-on au Collectif du bioéthanol. Explications.

1. Quels avantages ?

Le principal avantage est d’ordre économique. "Le superéthanol est vendu 0,67 centime le litre, quand le sans-plomb 95 est à près de 1,50 €", fait observer Nicolas Kurtsoglou, ingénieur responsable carburants au Syndicat national des producteurs d’alcool agricole (SNPAA). "Environ 98 % de ceux qui viennent pour un boîtier E85 parlent d’abord d’économie. L’écologie vient après", témoigne Christian Bourrier, qui dirige le garage des Trophées, à Nîmes. On trouve également de plus en plus de stations proposant l’E85 (notre infographie). Sur l’ensemble de l’Occitanie, on en recense 339. "Avec un taux de disponibilité de 34 % des stations, la région est la première de France, devant les Hauts-de-France, avec 30 % et Paca avec 28 %."

2. De quoi est-il composé ?

Seuls les véhicules roulant à l’essence peuvent recevoir du superéthanol. "En hiver, le carburant est composé de 55 % d’éthanol et 45 % de sans-plomb. L’été, c’est 65 % d’éthanol. On met plus d’essence l’hiver afin de permettre aux voitures de mieux démarrer avec le froid", explique Francis Pousse, président national des métiers de la distribution de carburant et des énergies nouvelles au CNPA, le Centre national des professions de l’automobile.

3. C’est quoi le boîtier E85 ?

"Il s’agit d’un boîtier électronique qui permet à un véhicule essence de pouvoir rouler aussi bien au bioéthanol qu’à l’essence traditionnelle. Qui plus est, dans le réservoir d’origine", résume Alexis Landrieu, fondateur de Biomotors, l’un des principaux fabricants français de boîtier E85, basé à Vendargues, près de Montpellier.

4. Combien ça coûte ?

"Il faut compter entre 750 € et 1 000 € pour installer un boîtier E85", précise Yves Riou, directeur du pôle contrôle technique, maintenance et réparation au CNPA. "Tout dépend du type de motorisation et du système d’injection. Sur un véhicule normal, cela va de 780 € à 980 €", ajoute Jean-Claude Baute, franchisé Norauto, à Villeneuve-lès-Béziers. " Pour la pose, je pars sur une immobilisation du véhicule sur deux demi-journées", précise-t-il. Quand Christian Bourrier propose une journée et demie. "Nous devons faire les réglages du véhicule quand il est chaud, puis quand il est froid, au démarrage."

 

Plus de 500 € économisés par an
Si l’on considère qu’un automobiliste roule en moyenne 13 000 km par an, c’est une économie de plus de 500 € que permet l’utilisation du superéthanol. Même si l’agrocarburant génère une surconsommation "comprise entre 15 % et 20 %, dans la mesure où le pouvoir énergétique est moindre", selon Yves Riou. "On fait un plein de superéthanol pour 20 € à 25 €. J’ai un client qui est ainsi passé de 220 € de budget essence par mois à 90 € après avoir installé le boîtier E85", raconte Jean-Claude Baute. "Sur un SUV Peugeot 5008, l’économie peut aller jusqu’à 950 €", ajoute Alexis Landrieu.
Retour haut de page