Quels risques la reprogrammation fait elle peser à votre voiture ?

Pour convertir une voiture à l’éthanol, les automobilistes ont deux choix : installer un boîtier de conversion, qui est de loin la meilleure solution, ou reprogrammer le moteur. La reprogrammation est une opération délicate et illégale qui consiste à modifier le paramétrage de certaines valeurs du moteur afin qu’il puisse fonctionner indifféremment à l’éthanol ou à l’essence. A sa sortie d’usine, une voiture est programmée pour rouler avec certaines valeurs de référence, comme les valeurs d’injection, la carburation, le mélange air-carburant, les courbes d’allumage, etc. La reprogrammation vise à modifier ces valeurs de sorte qu’elle puisse continuer à fonctionner normalement avec de l’éthanol sans perte de puissance. Si ce processus permet de jouir de tous les avantages offerts par l’utilisation de l’éthanol ou E85, la reprogrammation reste une opération illégale et risquée. Il est important de connaître les risques qu’elle fait peser sur la voiture avant d’envisager cette solution.

Faites des économies dès maintenant

Contactez dès maintenant l'installateur habilité le plus proche pour convertir votre véhicule au superéthanol E85 et économisez plus de 30€ sur chaque plein !

Une opération très complexe

La reprogrammation du moteur est une opération complexe et délicate. Modifier les paramètres du moteur, c’est un peu comme en informatique, il faut des compétences et des connaissances pointues. Il faut aussi des appareils spécifiques, comme le banc de puissance. De ce fait, la reprogrammation ne doit pas être confiée à n’importe qui. Sans l’expertise et le matériel nécessaires, l’opération peut provoquer des dommages irréversibles sur le moteur. Elle peut causer la détérioration précoce des différents composants de celui-ci. Hormis la panne du moteur, une reprogrammation mal réalisée peut aussi entraîner une surconsommation de carburant. A tout ceci il faut ajouter la dépendance envers le professionnel qui a réalisé l’opération. En cas de problème, il faut toujours faire appel à lui.

Une baisse de la fiabilité de la voiture

D’une manière générale, les moteurs sont conçus de façon à fonctionner avec des marges de sécurité. Les performances de la voiture restent inchangées tant que ces valeurs de tolérance ne sont pas dépassées. Or, le processus de reprogrammation, qui vise à optimiser les performances du moteur, peut apporter des modifications qui vont au-delà de ces limites de tolérance du constructeur. Cela peut entraîner une sur-sollicitation du moteur et donc une baisse de la fiabilité de la voiture. Non seulement, les pièces risquent d’être endommagées de manière précoce. Il y a aussi des risques sur la sécurité de l’automobiliste sur la route. Une reprogrammation mal adaptée peut provoquer une mauvaise tenue de route et une perte de contrôle de la voiture.

Une pratique illégale

Mais le plus grand risque encouru en procédant à la reprogrammation du moteur est l’illégalité de cette pratique. Selon l’Article R 322-8 du Code de la route, « Toute transformation apportée à un véhicule soumis à immatriculation et déjà immatriculé, qu’il s’agisse d’une transformation notable ou de toute autre transformation susceptible de modifier les caractéristiques indiquées sur le certificat d’immatriculation, nécessite la modification de celui-ci » Dans la mesure où la reprogrammation vise à modifier la puissance de la voiture et le type d’énergie dans le cadre d’une conversion éthanol, elle reste donc illégale tant que la carte grise n’est pas actualisée.

Si cette dernière n’est pas modifiée, la voiture n’est pas homologuée et  de ne pas passer les contrôles  techniques.

Non-couverture par les assurances

Une voiture ayant subi une reprogrammation peut aussi se voir refuser toute prise en charge par les assureurs. Ces derniers peuvent statuer sur une fausse déclaration lors de la souscription ou en cours de contrat. En effet, l’assureur peut poser plusieurs questions au moment de la signature du contrat d’assurance. Les réponses à ces questions lui permettent de déterminer si la voiture sera prise en charge ou non ainsi que le montant de la cotisation. Des conditions sont posées par l’assureur en cas de couverture. Parmi elles, on peut citer la correspondance de la voiture avec les informations qui figurent dans la carte grise. Si des modifications ont été apportées ultérieurement à la signature du contrat, sans changement dans la carte grise, l’assureur peut refuser de garantir la voiture en cas d’accident.

Pas de garantie constructeur

Un autre risque qui pèse sur la voiture quand on procède à la reprogrammation du moteur est lannulation de la garantie constructeur . Ce dernier peut détecter une éventuelle modification des éléments du moteur grâce au système de contrôle des interventions qu’il installe sur la voiture. Ce dernier lui permet de repérer une reprogrammation dès que le technicien se connecte à la prise de diagnostic.

A contrario, l’installation d’un boîtier de conversion au superéthanol permet de bénéficier d’une garantie par le fabricant du boîtier. Toutes les pièces qui sont en contact avec l’éthanol sont couvertes par lui. Le reste continue de bénéficier de la garantie constructeur.

Une démarche administrative longue et complexe

Étant donné que la reprogrammation consiste à transformer les performances du véhicule, elle implique une démarche administrative qui peut être lourde, fastidieuse et chronophage. La première étape consiste à déclarer la reprogrammation auprès de la DREAL, ou Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement. Ce procédé vise à obtenir le fameux RTI ou procès-verbal de réception à titre isolé. Ce document fait partie du dossier à préparer pour la modification de la carte grise. Il n’est pas toujours facile de l’obtenir. En effet, la DREAL exige l’autorisation du constructeur pour la reprogrammation. Celui-ci peut parfaitement refuser de l’octroyer. 

Ne pourra plus rouler à l'essence

Il faut aussi savoir que la reprogrammation, contrairement à la pose d’un boîtier de conversion, permet de convertir la voiture uniquement à l’éthanol. Après l’opération, la voiture ne pourra plus rouler à l’essence.

Un processus plus cher que l'installation d'un boîtier de conversion

Un autre risque qu’il ne faut pas minimiser lorsqu’on reprogramme le moteur de la voiture est que cette opération est plus coûteuse que la pose d’un boîtier. C’est un investissement qui peut vite tourner au vinaigre vu les nombreux risques que l’automobiliste encourt en l’adoptant. Il faut aussi savoir que lors du passage sur la valise de diagnostic auto lors des révisions périodiques du véhicule le calculateur peut-être mis à jour et la reprogrammtion se verra totalement écrasée . Cela signifie que l’investissement n’aura servi à rien. C’est une perte inutile d’argent.

Les risques en cas de revente

Comme il n’est plus homologué, ni couvert par les assurances et la garantie constructeur, un véhicule reprogrammé ne sera pas facile à revendre. L’acheteur peut demander l’annulation de la vente si celle-ci a déjà été signée. Les tribunaux peuvent statuer sur un défaut de conformité ou un faux et usage de faux.

Faites des économies dès maintenant

Contactez dès maintenant l'installateur agréé le plus proche pour convertir votre véhicule au superéthanol E85 et économisez plus de 30€ sur chaque plein !

Nos dernières actualités

Retrouvez ici tous nos passages presse et nos actualités !

Retour haut de page