LA DÉPÊCHE DU MIDI : Et si vous rouliez au bioéthanol ?

Et si vous rouliez au bioéthanol ?

La consommation est un peu plus importante qu’avec un carburant ordinaire, mais son prix à la pompe est si faible que le bioéthanol est une formidable solution économique. Cette révolution on la doit au Montpeliérain Alexis Landrieu fondateur de BioMotors.

Après avoir bien calculé, en moyenne, pour faire le trajet Montpellier-Toulouse-Labège, Roger, un bon rouleur dépense à peine plus de 13 € en bioéthanol avec sa Toyota Prius Hybride. «Depuis que j’ai adopté le carburant E85, le péage d’autoroute est de loin mon premier poste de dépense pour les déplacements. Je surconsomme 15 % de carburant en plus mais le bioéthanol se paie entre 50 et 75 centimes à la pompe. C’est une formidable économie» explique-t-il après avoir parcouru plus de 30 000 kilomètres sans difficulté majeure. Sa Toyota consomme 6,3 litres contre 5,4 litres avec du sans-plomb traditionnel.

Cette révolution française du carburant, on la doit à Alexis Landrieu, un jeune entrepreneur de Montpellier titulaire d’une maîtrise en énergie nouvelle et fondateur en 2011 de BioMotors.

«Passionné d’automobile, j’avais essayé d’installer des boîtiers étrangers, brésiliens, suédois mais cela marchait rarement bien et il n’y avait aucun suivi technique. Alors j’ai décidé de lancer la construction de mon propre boîtier pour permettre aux moteurs à essence de consommer du bioéthanol avec une combustion parfaitement maîtrisée en sachant que le E85 réclame beaucoup d’air. Nous avons sorti nos premiers modèles en 2011. Nous avons breveté sur l’injection directe en 2015 et surtout, depuis décembre dernier nous avons été officiellement homologués par la direction générale de l’environnement. Cela signifie que nous allons pouvoir être montée sur tous les véhicules sans compromettre la garantie motrice du véhicule» explique-t-il.

4 millions de kilomètres

Cette homologation va forcément entraîner un fort développement de la pose de ce petit boîtier grand comme une boîte de maquereaux au vin blanc par des installateurs agréés répartis dans toute la France.

«Le bioéthanol est le complément idéal à la version hybride des voitures d’aujourd’hui. Nous avons mis en place une garantie de trois ans sur le moteur et sur le circuit électrique.

Aujourd’hui nous avons un recul signifiant avec des utilisateurs qui sont équipés depuis plusieurs années, avant même l’homologation et qui sont visiblement satisfaits» poursuit Alexis Landrieu qui depuis l’annonce de l’homologation doit faire face une à forte demande à l’heure où les carburants fossiles ont subi une augmentation à la pompe en ce début d’année.«Pour moi c’est la solution idéale. Quarante de nos véhicules tournent au bioéthanol, dont certains depuis 2012. On gagne sur tous les tableaux, écologique et économique avec une consommation moyenne à 5 litres. Faites vous-même le calcul» s’exclame Jean Michel Barzan, qui dirige une société de taxis Bagnols-Sur-Cèze (Gard).

Accédez à 100% des articles locaux à partir d’1€/mois
Il annonce 4 millions de kilomètres bouclés sans l’ombre d’un souci de carburation pour cette alternative au diesel des gros rouleurs.

100 % vertueux

Le «Jupiter» des carburants est vertueux. Il réduit de 60 % des émissions de gaz à effets de serre. Il est totalement renouvelable, contrairement au pétrole qui réclame 58 millions d’années pour se créer. Il est produit en France dans 16 distilleries à base d’Ethanol (85 %) et d’essence (15 %). «Surtout il est beaucoup moins énergivore que le diesel qui réclame une dépense supplémentaire de 4 litres pour amener un litre dans le moteur du véhicule» explique Alexis Landrieu. Surtout, à la pompe (une station sur sept), il est cadeau : 69 centimes en prix moyen avec tendance générale à la baisse du prix. Le boîtier est amortissable rapidement après la pose dans une centaine de centres agréés. (Caussat à Toulouse, Point S à Albi, Larroque à Montauban, 4×4 65 à Ludret Saint Luc (Hautes Pyrénées) Cabocel à Carcassonne).

La Dépêche du Midi